Collision

Collision« Crash » est LA bonne surprise de la rentrée et accessoirement le film qui a reçu le grand prix du festival de Deauville. Ce premier film de Paul Haggis est une petite réussite que l’on aurait tort de bouder. « Crash » se présente de prime abord comme un simple exercice de style rappelant un peu le sympathique « 11 :14 ». À savoir un métrage qui présente le destin croisé de plusieurs individus.

Sauf que là où « 11 :14 » restait un pur exercice de style, « Crash » est aussi un plaidoyer pour le respect au sein d’une Amérique multiethnique où règne la violence. Paul Haggis, le réalisateur, est aussi le scénariste de « Million Dollar Baby ». Et sa première réalisation lorgne du côté de la critique sociale. Le réalisateur nous présente un Los Angeles post-11 septembre où la peur envahit tous les quartiers. D’un pavillon chic à une banlieue tentaculaire, « Crash » dépeint la vie quotidienne de quelques individus confrontés au racisme, à la peur et à la violence. Pas d’acteurs principaux ici puisque le réalisateur a choisit de donner une égale importance à chacun de ses personnages. Les séquences chocs s’enchaînement avec une très grande fluidité et le film prend bien soin d’éviter tout jugement de valeur.

Chacun des personnages se retrouvent confronté à une situation inattendue et leurs réactions sont aussi imprévisibles qu’humaines. Le film devient touchant sans jamais verser dans l’excès lacrymal. Une retenue qui contraste forcément avec la réalisation musclée de Paul Haggis. Le réalisateur colle au plus près de ses protagonistes et montre un quotidien dure et réaliste où les rapports de force peuvent s’inverser d’une seconde à l’autre. D’une interpellation musclée à un accident, les protagonistes changent de visage. Et les acteurs plus ou moins connus, en tête Don Cheadle ou Sandra Bullock, n’apparaissent souvent qu’au détour quelques scènes. Et pourtant même dans ces rôles à contre emploi, ils sont toujours justes et touchants de sincérité.

Paul Haggis prend beaucoup de risque dans « Crash ». D’abord le risque de perdre le spectateur en concevant un film choral sans héros, ni but, ni finalité. Et pourtant le film fonctionne à merveille. Il manque juste peut-être un petit quelques chose. Un goût d’inachevé flotte après l’apparition du mot « End ». Mais « Crash » est surtout un film brut, sec et vraiment original. Jamais prétentieux, ni didactique. Il frappe fort et nous projette constamment sur le devant de la scène. On subit de plein fouet les injures et les larmes et on ressort interloqué devant un film qu’on aimerait déjà revoir. La marque es grands, sans aucun doute.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s